« Prostitution : état des lieux et perspectives d’avenir »


Débat public le 8 avril 2005, Place de la Bastille au coin du boulevard Richard Lenoir à 14h

Que la prostitution soit perçue dans un registre grivois ou sous un angle moral, c’est en fait toujours un regard méprisant qui est posé sur l’activité prostitutionnelle et sur les personnes qui l’exercent. Ce mépris se traduit clairement dans la manière dot le gouvernement actuel fait des prostitué(e)s les boucs émissaires de la lutte contre les réseaux. Aujourd’hui les prostitué(e)s subissent la politique du tout répressif non pour l’activité qu’elles ou ils exercent, mais du fait de leur visibilité. En effet, depuis le 18 mars 2003, le racolage, même passif, est puni de 3 750 € d’amende et de deux mois de prison.

Le harcèlement policier dont sont victimes les prostituées (les femmes essentiellement, ainsi que les trangenres) ont conduit l’Association Femmes de droits, droits des femmes à décider d’une journée d’action pour informer la population sur les conditions qui leur sont faites.

Initialement prévue le 18 mars, cette journée a été repoussée à l’annonce de la première grande manifestation contre le Contrat Première Embauche. En tant que citoyennes, les prostituées, en effet, ont voulu laisser la priorité aux revendications portant sur le droit au travail et le droit du travail.

 

*Nous organisons donc une après-midi d’ateliers de réflexion et de discussions en plein air, Place de la Bastille au coin du boulevard Richard Lenoir, le samedi 8 avril entre 13 heures et 17 heures 30, pour faire connaître les conséquences de la loi sur le racolage, mais aussi et surtout pour analyser les autres articles de lois qui régissent l’activité prostitutionnelle en France et amorcer une réflexion sur la création d’un statut pour les prostitué(e)s.*

Le débat contradictoire étant la meilleure manière de faire avancer la discussion, sur la question du statut nous avons invité Daniel Borillo, juriste, Maître de conférences à Paris X-Nanterre, et une personne représentative du courant abolitionniste (nom à confirmer) ; cette table ronde se tiendra à partir de 14 heures 30. Sur les conséquences de la loi, les intervenants seront Johanne Vernier, doctorante en Droit et spécialiste de la Loi pour la Sécurité intérieure et Jérôme de l’Association Cabiria de Lyon le débat commencera à 16 heures.

Ces tables rondes permettront un échange entre des prostitué(e)s, les intervenants et toute personne qui voudra se joindre aux discussions.

 

Publicités

Les commentaires sont fermés.